Derniers sujets
» Trump et la Corée du Nord
Mer 5 Juil - 13:06 par microbius2

» Cauchemar de la page blanche
Sam 24 Juin - 15:42 par microbius2

» Macron et la politique extérieure
Sam 24 Juin - 9:07 par microbius2

» Intrication quantique
Dim 18 Juin - 21:46 par microbius2

» Vilain petit Qatar
Mer 7 Juin - 17:21 par microbius2

» P O E S I E
Dim 4 Juin - 17:18 par Léopold42

» Mourir pour mourir
Dim 4 Juin - 17:15 par Léopold42

» Souvenirs souvenirs
Dim 4 Juin - 17:11 par Léopold42

» C'est quoi un blog ?
Dim 4 Juin - 11:32 par Léopold42

Bibliothèque

Livres et auteurs

      (compilation)

 

http://i74.servimg.com/u/f74/13/73/35/49/th/chien210.gif 

en construction


L'apprentissage de la vie...1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default L'apprentissage de la vie...1

Message  microbius2 le Mar 24 Aoû - 14:27

Afin de faciliter la compréhension de ce texte par des lecteurs d’autres pays,  j’ai ajouté au bas de la page  un glossaire des termes québécois. Vous trouverez dans ce glossaire la signification des mots suivis d’un astérisque

L’apprentissage de la vie...1



                   On ne choisit pas de naître, dit-on.  Alors pourquoi, me direz-vous, le 16ème jour de ce lointain septembre quand mes parents conjuguèrent le verbe dans un flux d’étincelles que je peux à peine concevoir, pourquoi je fus le seul spermatozoïde en poste ce soir-là à me frayer un chemin à travers des liquides puants,  le seul à parvenir à féconder l’ovule. N’est-ce pas la preuve de ma volonté d’exister, de sortir du néant, de vouloir naître ? Hein ? Qu’est-ce que vous dites de ça, mes crapauds ? Oh, mais j'en vois qui se grattent la citrouille et risquent de se défiler. Alors trêve de discussions !  Venons-en au sujet principal qui est… moi.  
                   
                    Afin de bien exposer mon étude sur le sujet de l’apprentissage de la vie, je me suis pris en exemple. Je vais donc vous parler d’abord de mon enfance .
‘’Ah non ! Il ne va pas nous casser les oreilles avec son enfance, ce con.’’
Attention, je vous entends. Ne soyez pas brusques.  Dites-vous bien que l’enfance est un stade crucial de la vie. Alors, pour commencer, je vais dissiper une légende urbaine qui a couru dans le village lors de ma naissance. On raconte qu’un faucon a tournoyé trois jours autour de la maison puis a disparu dans les nuages. On a tenté d’en décrypter le symbole en cherchant des présages similaires dans la biographie des grands esprits. Par exemple, Léonardo da Vinci fut visité dans son berceau par un oiseau… un milan, je crois !!! La rumeur du faucon a provoqué la venue d'un journaliste de la gazette locale, dépêché sur les lieux pour enquêter l’affaire mais la légende s’est vite dégonflée à mon discrédit . Il s’agissait en fait d’une corneille qui tournoyait à cause d’un chat mort dans le fossé. Rien à voir avec la  supposée grandeur de mon esprit…
( vous vous en doutiez, je pari… )

                   De ma petite enfance, je ne me rappelle de rien jusqu’à l’âge de sept ans. On pourrait dire que j’ai été ni plus ni moins qu’une plante de maison, un légume et qu’à toute fin pratique, je suis venu au monde à sept ans. Tout à coup un éclair a frappé mon cerveau et mon esprit s’est éveillé sur le monde environnant .
‘’Wow! J’existe! C’est le fun*, ça ! '‘
Pis paf, j’ai reçu une bonne claque en pleine face.
'’Mange donc comme du monde,  maudit cochon.’’
Ce sont les premières paroles que je me rappelle de mon existence toute neuve. Je venais d’apprendre que j’étais un cochon !!! Mes petites neurones encore vierges essayaient tant bien que mal de saisir les implications de ma triste réalité.  Vous saurez que ce n’est pas facile à gérer d’être un cochon entouré d’un pléiade de frères et de sœurs pas commodes. Combien de fois j’ai entendu : ‘’M’mam, le cochon a encore pissé au lit.’’?  Mais eus-je su…eus-je su, dis-je bien ce que le destin me réservait, je me serais accommodé avec fierté de l’étiquette de ‘’pissenlit’’. Car je n’oublierai jamais la fois que j’ai chié dans mes culottes. Là j’en ai entendu des ‘’ cochons’’ Chacun y allait d’un timbre de voix  le plus condescendant et menaçant possible.

Le triste incident s’est déroulé chez nos voisins, les Morissette. Je me retenais depuis un bout de temps, trop timide pour demander les toilettes. Maudite diarrhée. (J’en passe des bouts parce que c’est trop horrible. )   ‘’Maudit cochon’’ ! Dans le temps de le dire on m’agrippe par les moignons, on me déshabille,  je suis debout dans l’évier, complètement nu, mon petit zizi à l’air et je pleure comme un veau. On me lave. Les commentaires désobligeants fusent de toute part. Je suis la honte de la famille, le paria, l’intouchable, le ‘’cochon’’, le ‘’maudit cochon’’………….  
                 

Encore aujourd'hui, l'onde sonore de ce triste jour résonne au creux de ma conscience comme en écho du choc émotionnel original. Ah, mais c’est-tu beau l’enfance ! Pensez-vous que j’en ai gardé des séquelles ? Ne répondez pas. Je me demande encore si l’incident a joué un rôle dans la décision de me placer à l’Orphelinat? Reste que je garde un bon souvenir de mon séjour à l’orphelinat, à part une raclée que j’ai eue pour refuser de manger un pâté au saumon. ( Ça sent le c.., le saumon). Chez nous on mangeait  des crêpes, du gruau, de la gibelotte, du macaroni, pis des fois rien pantoute*. Que voulez-vous, on était pauvre comme la gale.

                 En somme, pour en revenir à  mon exposé sur l’apprentissage de la vie, la prise de conscience d’exister est le premier choc que subit un petit être humain. Parfois ça se déroule progressivement et sans heurt. Tout le monde n’est pas frappé par un éclair à sept ans…. tout le monde n’est pas un cochon. Beaucoup bénéficient du traitement royal : on leur fait des guili-guili, on les chatouille, on les berce, on pend des bébelles au-dessus de leur berceau. Enfin, va pour les enfants gâtés, ces petits bourgeois exécrables, ces capitalistes sans scrupules, ces…


Quoi? Qu'est-ce que j'entends? Je serais jaloux, moi!!! Quel culot. Allez, à genoux dans le coin de la classe... avec les autres. Je vous apprendrai, moi!

Bon, on se calme. Inspire, expire...




     
Je continuerai un autre jour. Là, je suis tout
mêlé.


- pantoute : du tout
-- C’est le fun : C’est marrant, c’est plaisant    très usité ici au Québec ( influence de l’anglais
)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
microbius2
Admin

Messages : 976
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 69
Localisation : Québec

http://ecrire-pas-facile.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum