Derniers sujets
» divers ,.........
Lun 20 Nov - 12:22 par microbius2

» Syrie. L'ultime élégance des coupables et des perdants.
Jeu 9 Nov - 9:52 par microbius2

» les touristes et les ''cars''
Mar 3 Oct - 9:32 par microbius2

» éducation maison
Sam 5 Aoû - 12:36 par microbius2

» Trump ne veut pas soutenir les terroristes
Mar 1 Aoû - 17:12 par microbius2

» Trump et la Corée du Nord
Mer 5 Juil - 13:06 par microbius2

» Cauchemar de la page blanche
Sam 24 Juin - 15:42 par microbius2

» Macron et la politique extérieure
Sam 24 Juin - 9:07 par microbius2

» Intrication quantique
Dim 18 Juin - 21:46 par microbius2

Bibliothèque

Livres et auteurs

      (compilation)

 

http://i74.servimg.com/u/f74/13/73/35/49/th/chien210.gif 

en construction


Le maître et le poète (SM jeu de rôle)... Audience mature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

default Le maître et le poète (SM jeu de rôle)... Audience mature

Message  microbius2 le Jeu 7 Jan - 23:56

Avertissement. Ce texte n'est pas censuré.





Le SM se pratique de deux façons qu'il convient de distinguer :
a- soit il s'agit de deux personnes qui souhaitent s'amuser et simuler un scénario écrit ensemble, les limites devant être fixées ( SM jeu de rôle)
b-
soit le dominé trouve son plaisir dans une réelle souffrance qu'il contrôle et que le Dominateur accepte d'interrompre le moment convenu.( SM Dominant/Dominé)
Ce sont deux pratiques très différentes

Le "SM jeux de rôle" se termine toujours par la tendresse et les remerciements réciproques (ce qui n'est pas le cas du SM Dominant/Dominé).

Il ne s'agit nullement de barbarie ni de violence, encore moins de cruauté, puisqu'il existe 3 règles absolues en la matière :
1°/ Respect absolue de l'autre,
2°/ Fixation des limites.
3°/ Bien connaître son partenaire et ne pas pratiquer cela avec le premier venu.


( Je remercie un ami qui m’a transmis ces informations )


J'ai imaginé ce scénario suite à une conversation avec un amateur de cette pratique. Pour ma part, je n'y vois aucun intérêt mais comme on dit ''tous les goûts sont dans la nature''. J'ai tenté de respecter les règles du SM jeu de rôle: entente sur le scénario et les limites approuvées, le jeu se termine par un témoignage de tendresse.





Le maître et le poète. ( Jeu de rôle SM )


Qu’as-tu fais là, esclave? Tu as mis mes photos dans un album? Quel démon malveillant a possédé ton esprit? Et quoi encore? Tu oses fixer ton Maître! Soutenir son regard ! Ton audace me laisse pantois. Rampe par terre! Rampe, miteux. Déchet puant. Sens-tu mon pied sur ta face de rat? Sens-tu comme tu n’es rien qu’une immondice gluante. Prépare-toi à subir les feux de ma colère!

Je demande pardon
Mon Maître j’ai blessé.
Nul doute un tel affront
Commande la fessée

Ferme-la, fripouille. Rends grâce plutôt que je ne broie ton crâne. Agenouille-toi maintenant, ver visqueux. Ne me regarde pas. Tu me dégoûtes, ordure. Lèche mes couilles. Oui, c’est bien ! Suce maintenant, suce bien le vit de ton Maître! Prouve à ton maître que tu lui appartiens… pourriture!

Je suis un embarras
Un tas de pourriture
Passible du crachat
Des plus viles injures

Et voilà que tu bandes maintenant, pervers, calamiteux. Que j’agrippe mon fouet et tu verras que j’ai peu de patience pour les dépravés de ta sorte. Arrière, sangsue. Tiens , prends mon pied dans les côtes. Ça t’apprendra! Cesse de gémir ou je t’écrabouille les couilles. Et tu aimes ça de surcroît… tu aimes que le pied de ton Maître masse ta verge tumescente. Ah! C’est bon hein! Tu aimes que ton Maître triture tes couilles, qu’il glisse son pied le long de ton membre, qu’il titille ton gland. Remercie ton maître, alors. Sache bien que c’est lui qui décide de ton bonheur, pauvre crétin. Dis-lui que tu l’aimes, que tu adores ton Maître.

J’adore mon Seigneur
J’implore son amour
Je lui offre mon c
œur
De ma vie chaque jour

T’aimer, moi. Mais tu délires, dégénéré. Tu hallucines! . Je m’abaisserais à t’aimer? Moi, ton Seigneur. C’est le comble de l’absurdité. Tu l’auras voulu, vipère , va me chercher mon fouet, et que ça saute. Et maintenant, allonge ton corps sur le tapis, je vais t’enseigner de belle façon le respect de ton Maître. Quoi! Mais qu’est-ce que j’entends là! Des roucoulements de plaisir!

Je demande pardon
J’ai perdu la raison.

Silence, abruti, ou je vais te frapper à t’arracher la peau. Remercie ton Seigneur de sa miséricorde, un autre que lui pourrait te faire expirer de douleur. En as-tu assez maintenant? Conviens-tu à présent que je suis ton Maître, que je peux à loisir abattre mon fouet sur ta croupe. Le sens-tu glisser sur ton fessier rougi . Conviens-tu que tu n’es qu’un objet destiné à mon plaisir. Si je veux te frapper, tel est mon droit ; si je veux t’enculer, je t’encule. Ton insolence attise mon courroux. Soulève ton cul, insolent. Je vais t’embrocher sans autre préavis.

À mon Maître à jamais
À tout je me soumets

Ferme la, canaille, crétin de poète. J’en ai marre de tes rimes à la con. Tes envolées poétiques n’épargneront point ton fion. Ah! Tu gémis…tu râles de plaisir quand ton Maître glisse son sceptre dans l’antre de ton fond. Je t’en défends! Tu n’as aucun mérite au plaisir que j’éprouve. Tu ne me donnes rien que je ne puisse prendre. Tu n’es qu’un objet à mes yeux, un morceau de viande à ma disposition. Tais-toi maintenant. Ton Maître désire se servir de ton corps. Écoute plutôt ses soupirs de jouissance alors qu’il s’enlise dans ta chair.

Mon corps je veux offrir
À vos moindres désirs


Je concède que ton corps est beau, esclave, et qu’il trouble mon âme. Je concède qu’en ce moment, un brasier de sensations troublantes réchauffent mon échine. Je concède que je pourrais t’aimer, esclave ! Le plaisir de toi me consume! Suis-je en train de faire l’amour? Que m’arrive-t-il, esclave? Suis-je en train de t’aimer? L’extase envahit ma chair! Mon esprit chavire! Mon c
œ
ur bat à tout rompre… et c’est pour toi qu’il bat. Me sens-tu faiblir de volupté et d’amour? Sais-tu que tu as mis le feu à mes entrailles? Et alors même que je m’écoule en toi, alors même que je défaille de plaisir, je rêve et je languis de te serrer dans mes bras.
Je concède que je t’aime, mon amour. Accorde-moi un baiser, mon tendre amour, mon seul amour.

Microbius
avatar
microbius2
Admin

Messages : 981
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 69
Localisation : Québec

http://ecrire-pas-facile.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum